• Regard froid et vertes fougères.

    J'ai les yeux pleins de larmes et un hurlement fait vibrer ma gorge.
    Je suis à la lisière de la forêt, lance à la main. J'ai des plumes dressées sur mon crâne et des traces de peinture sur les joues.
    J'observe les lourds tracteurs qui se meuvent dans la plaine en face de moi, écrasant les fougères et décimant les mulots.
    Le soir noie les bois dans son brouillard sombre. Mes frères sont autour d'un feu, à l'abri des arbres, et observent les monstres depuis leur camp.
    Je pousse un nouveau cri, un cri de douleur et de haine, un cri de souffrance et d'amour. Je bondis en direction des machines hurlantes, des cheminées de gaz, des barbelés et du béton qui recouvre tout.

    Je sens la mousse fraîche contre ma peau. Un filet rouge vient de la teinter d'un éclat terrible, brillant dans le clair de lune. J'ai mal, mais la douleur commence à fuir. Je m'engourdis. Mes muscles se relâchent. J'ai du mal à aspirer l'air doux de la Nature sauvage. L'odeur de l'humus et de l'écorce s'effacent. Ce soir, je meure entre deux troncs, parce que j'ai tenté d'attaquer la Civilisation.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 20 Août 2010 à 17:27
    Ca pourrait limite passer en chanson ce truc, en ajoutant juste quelques rimes là ou y faut ;)
    2
    Søja
    Vendredi 20 Août 2010 à 23:00
    Ouais. C'est un peu cliché quoi, voire beaucoup.
    Ca devrait etre publié dans le zine Vert et Noir, mais je vais le réarrangé (j'l'avais écrit en un 1/4 d'heure d'inspiration)
    3
    Jeudi 2 Septembre 2010 à 12:10
    Très jolie... Laisse le en prose :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :